loader image
preloader

Création du Fonds Michel Trudeau

Michel Trudeau a travaillé au Collège Mont-Saint-Louis de 1972 à 1996. En 2021, il a choisi de contribuer au programme de Fonds de bienfaisance Canada, une fondation publique enregistrée auprès de l’Agence du revenu du Canada dont la mission consiste à promouvoir et favoriser les dons par les personnes et les organismes.

Selon sa volonté, la Fondation du Collège Mont-Saint-Louis recevra une subvention annuelle basée sur un pourcentage prédéterminé par le Fonds de bienfaisance Canada. Cette somme dédiée à un nouveau fonds affecté servira à offrir une aide financière à des élèves du Collège.

En mai 2022, nous avons reçu la somme 1 465 $, premier apport au Fonds de bourse Michel Trudeau de la Fondation du Collège Mont-Saint-Louis.

Les membres du conseil d’administration de la Fondation remercient M. Trudeau de cette très belle initiative.

La générosité de cet enseignant retraité du Mont-Saint-Louis permettra à des élèves dont la famille éprouve des difficultés financières de poursuivre leur parcours scolaire au Collège.  

Michel Trudeau, 2016

En juin 2021, Michel Trudeau a communiqué avec son ancienne collègue, Lucienne Rioux-Morency, alors présidente de la Fondation, afin de lui faire part de ses intentions.

Les membres du personnel retraités ont confiance en Lucienne et c’est aussi vrai pour de nombreux anciens élèves. Même si elle n’est plus membre du C.A. de la Fondation nous gardons un bon contact avec cette femme qui a beaucoup donné au MSL et nous savons qu’elle souhaite encore le meilleur pour la Fondation!

Michel Trudeau et le cours Éthique et culture religieuse

Rappelons que le programme d’éthique et culture religieuse (ECR) tel qu’on le connait actuellement a été mis en place par le ministère de l’Éducation en septembre 2008, remplaçant les cours de morale et d’enseignement religieux confessionnel.

Or, le Mont-Saint-Louis a été à l’avant-garde en offrant un cours d’éthique et culture religieuse à ses élèves dès le milieu des années soixante-dix. Le Ministère permettait en effet l’offre d’un cours optionnel à titre expérimental. M. Michel Trudeau, qui a travaillé au Collège de 1972 à 1996, a ainsi été un pionnier dans ce domaine, puisqu’il a construit un nouveau cours destiné aux élèves de troisième, quatrième et cinquième secondaire. À l’instar de quelques collègues provenant d’autres milieux, il a mis sur pied un programme fort intéressant. En compagnie d’autres enseignants du privé et du public, il a participé à des rencontres de travail, permettant le partage de l’expérience et le peaufinage du cours.

Le cours d’éthique et culture religieuse abordait d’abord les religions des sociétés traditionnelles dites primitives, par un survol du phénomène religieux et du sacré. Puis, les grandes traditions religieuses étaient présentées aux élèves : le judaïsme, les religions orientales (le bouddhisme et l’hindouisme), le christianisme et l’islam, le dernier grand courant religieux. Sans avoir la prétention de faire un cours d’histoire des religions, celles-ci étaient tout de même présentées aux élèves dans leur ordre d’apparition. L’approche était non doctrinale, il s’agissait d’offrir aux jeunes une ouverture sur d’autres cultures. Le cours comportait aussi une section sur la religion au Québec. Il était alors question du phénomène religieux et de l’importance du clergé dans notre société.

Michel Trudeau affirme qu’en offrant ce cours, le Collège s’est placé à l’avant-garde dans ce domaine de l’enseignement.

Michel Trudeau s’est intéressé aux religions traditionnelles dans son mémoire présenté pour l’obtention de son diplôme de maîtrise  de l’Université de Sherbrooke). Sa recherche a porté plus précisément sur les communautés inuites.

Parallèlement à ce parcours d’enseignant au Collège, M. Trudeau a été libéré une première fois par le Collège, au début des années soixante-dix, pour travailler sur les grandes lignes d’un programme d’éthique et culture religieuse. Puis en 1976, il a collaboré à un comité de travail ayant pour mandat la préparation d’un outil pédagogique, l’élaboration d’un programme définitif.

Or, probablement pour des raisons administratives, les décideurs de l’époque ont finalement opté pour le maintien des alternatives déjà existantes, soit le cours d’enseignement religieux et le cours d’enseignement moral. Officiellement, le Conseil supérieur de l’éducation avait trouvé trop complexe sur le plan organisationnel l’offre d’un troisième choix de cours autour du volet religieux et moral. Le programme n’a donc pas été adopté de manière définitive. Le Collège a toutefois décidé de maintenir le cours d’éthique et culture religieuse.

Propos recueillis par Danièle Bélanger en 2013

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.