loader image
preloader

Famille Racicot, 4 génération au Mont-Saint-Louis

« C’est une tradition familiale, le Mont-Saint-Louis! » Ariane Racicot,  élève de 4e secondaire.

Le récit commence avec Jules Racicot, diplômé Commerce 1927. Son fils René P. Racicot, entrera en 1946 au Mont-Saint-Louis et graduera en 1955.

 Ce n’est qu’en septembre 1966 que les filles furent admises au Mont-Saint-Louis. En 1973, lorsque José se dirige naturellement vers le Collège que son père et son grand-père avaient déjà fréquenté, il y avait encore une grande majorité de garçon (certaines classes étaient encore composées uniquement de garçons). Deux ans plus tard, son frère François fait son entrée au Mont-Saint-Louis. José et François sont des finissants de 1978 et 1980. Si le vécu de ces trois membres d’une même famille au Mont-Saint-Louis est différent, des impressions semblables existent, certains souvenirs se ressemblent.

Et dire que trois des quatre générations de Racicot ont côtoyé le même enseignant, en l’occurrence le frère Roland Alarie. Étonnant! Roland Alarie (frère André, à l’époque), était de retour de Rome où il venait de terminer son second noviciat, lorsqu’il a enseigné le français à René Racicot.

René, José et à François sont unanimes, le frère Alarie était un grand pédagogue, un passionné de littérature française, le concepteur d’un modèle d’analyse schématique de la phrase et un maître possédant une calligraphie exceptionnelle (à une certaine époque, il signait les diplômes des élèves finissants). Le frère Alarie a enseigné la musique à José et François. Cet enseignant, reconnu pour son talent musical a contribué à intéresser de nombreux élèves du Mont-Saint-Louis à la musique.

À partir de 1976, le frère Alarie a dirigé le Chœur Alarica, une chorale qui a compté jusqu’à une centaine de voix. René Racicot a fait partie de ce chœur pendant 12 années. Il faut dire qu’il avait fait partie de  la chorale lorsqu’il étudiait au Mont-Saint-Louis (la chorale des petits, puis la chorale des grands). Au fil des années, la famille Racicot a développé une très belle amitié avec le frère Alarie. René est devenu un grand ami de celui qui avait enseigné à trois générations de Racicot.

René Racicot au Mont-Saint-Louis

René P. Racicot est passé de la 2e commerciale à la 3e sciences en suivant des cours privés, et en quelques semaines il a rattrapé une année scolaire.

Que d’impressions retenues par la mémoire de monsieur Racicot! Il parle avec enthousiasme du festival du Mont-Saint-Louis auquel jusqu’à 12 000 personnes pouvaient assister, de la construction de chars allégoriques, de la parade qui partait du Collège en empruntant la rue Sherbrooke pour se diriger vers le Forum de Montréal, des joutes sportives (le Mont-Saint-Louis contre d’autres collèges, par exemple les collèges classiques), de spectacles au programme très élaboré qui étaient offerts au public. René Racicot a travaillé à la préparation du festival aux côtés du frère Clément.

René Racicot témoigne du fait que les frères étaient très instruits et dédiés à l’éducation de leurs élèves. Le frère Jean, un homme exigeant lui a appris à être méthodique. Dans le cours de sciences, les rapports qui lui étaient présentés devaient frôler la perfection. Le frère Samuel l’a aussi impressionné par ses connaissances et ses compétences en biologie.

Le parcours de René Racicot

René Racicot est diplômé en génie civil  l’École Polytechnique de Montréal. Après l’obtention de son diplôme, il a travaillé comme ingénieur civil pendant quelques années, et vers la fin des années soixante, il a débuté une carrière dans l’enseignement. Il a d’abord travaillé à l’Institut de technologie de Montréal qui est devenu depuis le Cégep du Vieux Montréal.

Au sujet de l’enseignement, René Racicot affirme ceci : «  il n’y a rien de difficile, il s’agit de bien le transmettre. Les sujets difficiles, il faut les rendre attrayants. Un professeur, c’est un peu comme un vendeur. » Si René Racicot a été instruit et éduqué par les frères des Écoles chrétiennes, l’enseignement de ces derniers lui a aussi permis de mener à son tour une belle carrière dans le domaine de l’enseignement.

Et parallèlement à son travail, René Racicot a accompagné plusieurs groupes au cours de voyages organisés. Il s’est ainsi servi des ses aptitudes pour l’enseignement en les mettant au service de compagnons de voyages.

José Racicot, promotion 1978 a animé une émission à la  radio-étudiante en 4e et 5e secondaire et elle a poursuivi cette activité au Cégep. Elle a encore une affection particulière pour le frère Alarie, et pour l’abbé Labossière et Michel Bouchard auprès desquels elle a été animatrice de camps organisés par ces derniers de la 3e secondaire jusqu’au Cégep. Cette expérience d’animation a eu une incidence certaine sur son parcours professionnel. En effet, cette implication a éveillé chez elle le début d’un intérêt pour le travail en relation d’aide. José est orthopédagogue clinicienne, formatrice et conférencière en pédagogie. Elle travaille en pratique privée, publie des  articles en lien avec son domaine de travail et a également publié un livre sur les stratégies qui favorisent la réussite d’un enfant.

François Racicot, promotion 1980, a animé une émission musicale à la radio étudiante pendant deux ans. En cinquième secondaire, il a fait partie de l’équipe Kodiak de badminton. Parallèlement à ses études, il a aussi fait de la natation compétitive, une activité dans laquelle il a été impliqué durant 25 ans. François a travaillé comme technicien à TVA pendant plus d’une dizaine d’années avant de devenir planificateur financier sous la bannière du Groupe Investors.

Lorsqu’est venu le moment de s’inscrire au secondaire, Ariane Racicot s’est assurée d’aimer le milieu scolaire qu’elle choisirait. Elle a visité le Mont-Saint-Louis et a décidé de suivre les traces de son père, François, et de ses aïeuls. Ariane est une élève douée et une jeune pianiste talentueuse. Elle a participé à Secondaire en spectacle en 2011-2012, remportant la finale locale et participant à la finale régionale. En  2012-2013, elle a aussi remporté la finale locale en en duo avec Christophe Charest-Latif en présentant cette fois-ci une composition originale. La finale régionale se tiendra le 11 avril 2013. L’AAMSL souhaite la meilleure des chances à Ariane.

En 2013, le Mont-Saint-Louis souligne ses 125 ans. L’histoire de la famille Racicot est étroitement liée à celle du Collège depuis plus de quatre-vingt-dix ans. La jeune Ariane, portée par cette histoire, peut se tourner vers l’avenir avec confiance.

Danièle Bélanger, promotion 1981

Avril 2013

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *