loader image
preloader

Dominique Ouimet, promotion 1981 Retour sur la vie extraordinaire d’un ancien

Après cinq années au Mont-Saint-Louis, Dominique se dirige au Cégep Bois-de-Boulogne où il complétera son DEC. Diplômé en sciences biologiques de l’Université de Montréal en1986, puis de la faculté de médecine de l’Université de Montréal en 1991, devenu cardiologue en 1996, c’est en 1997 que Dominique Ouimet participe à la mise sur pied du service de cardiologie de l’hôpital Hôtel-Dieu de St-Jérôme.

Parallèlement à sa vie professionnelle, Dominique était un passionné de la photographie et de la montagne et du vélo. C’était un alpiniste expérimenté, ayant déjà participé à huit expéditions lorsqu’il a entrepris l’ascension du Mont Manaslu au Népal en septembre dernier. Depuis 2006, ces grandes aventures l’avaient mené en Alaska, en Argentine, en Bolivie, en Équateur, au Pérou, en Tanzanie et au Népal.

Un homme passionné

Passionné des voyages, à la découverte des gens et de leur culture. Passionné des langues, de la langue française. Passionné de vins. Passionné d’histoire, particulièrement de la période du Moyen-âge.

De l’avis de tous, Dominique Ouimet était un érudit. Il avait une mémoire phénoménale et était doté d’une intelligence vive. Ses nombreux amis l’appréciaient pour sa générosité, son écoute, sa bonne humeur, sa vivacité d’esprit, sa modestie et sa loyauté.

Dans une lettre adressée à ses amis, Dominique Ouimet se définissait d’abord comme fils et frère, ensuite comme aventurier, et enfin, comme cardiologue.

L’expédition au Népal et l’objectif

Dominique a entrepri s l’ascension du Mont Manaslu au Népal avec le groupe Expés.com afin d’amasser des fonds pour la Fondation de l’hôpital de Saint-Jérôme. Le cardiologue souhaitait doter son hôpital d’appareils servant à mesurer les palpitations cardiaques et à diagnostiquer l’arythmie. L’objectif visé était de 25 000 $.

La tragédie

À l’aube du dimanche 23 septembre 2012, une avalanche d’une envergure exceptionnelle a frappé le campement situé à 7000 mètres emportant avec elle cinq membres de l’expédition, dont Dominique. Il devait poursuivre son ascension jusqu’à 8163 mètres de cette montagne de l’Himalaya, le huitième plus haut sommet du monde. Sa mission a été poursuivie par sa famille qui s’est fixé un nouvel objectif de 50 000 $. Monsieur Luc Ouimet, le père de Dominique, a annoncé que cet objectif a été atteint et même dépassé.

L’humanitaire

L’Association humanitaire Montagne & Partage, créée en 2010,  vise à apporter de l’aide humanitaire aux populations nécessiteuses des zones de montagne, en particulier celles du Népal en Himalaya, dans le domaine de l’éducation, de la santé, ou de l’environnement.  Le 26 novembre 2012,Montagne & Partage a inauguré deux écoles dans la province de Saptari dans le Térai. Touché par l’histoire et l’engagement humanitaire de Dominique Ouimet, monsieur Gérard Clermidy, le président de l’Association, a souhaité qu’une plaque commémorative à la mémoire de Dominique soit apposée  à l’entrée d’une des salles de classe.               

Épilogue

Le 18 novembre dernier, la famille Ouimet a célébré la mémoire de Dominique au Salon Émile Nelligan du Collège Mont-Saint-Louis. Plus de deux cents personnes se sont réunies autour d’Andrée et Luc (ses parents) et d’Isabelle (sa sœur) afin de rendre hommage à ce fils, ce frère, cet ami, ce collègue. Ce fut une cérémonie marquée de tendresse. La famille a permis aux parents et amis d’apprécier la vie de Dominique, ses réalisations, ses passions, à travers une foule d’objets appartenant au disparu. Un hommage à la fois sobre, parce qu’empreint de dignité, et flamboyant, parce que ressemblant malgré tout à un hymne à la vie.

L’AAMSL se souviendra de cet ancien au parcours admirable.

Danièle Bélanger, promotion 1981 en collaboration avec Isabelle Ouimet, promotion 1979

Décembre 2012

Témoignage d’Isabelle Ouimet : Dominique était au sommet de sa montagne de vie.  Alors que je descendrai le versant des vieux, je serai épaulée par l’expérience en montagne de mon frère en tant que guide et sherpa. Il restera éternellement à l’âge de 48 ans.  Qui sait? Peut-être qu’un jour, on le retrouvera, lui, l’homme des glaces de 2012.  Il continuera alors à servir la science…

Publier un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *